Morphoses Les bouleversements de la Vie…

J’ai voulu à travers ces peintures signifier les bouleversements physiques et psychologiques qui s’opèrent en chacun de nous au cours de sa vie.
Que ce soit vécu à travers une naissance, un passage à l’âge adulte, un deuil, un amour, une rupture…
Ces bouleversements sont des repères dans notre vie, des portes à franchir qui ponctuent notre chemin d’évolution.
Ces étapes prennent tout leur sens lorsqu’elles sont ponctuées par des rites de passage qui nous permettent de les conscientiser et de les intégrer. C’est alors une belle occasion de nous faire grandir. 
Ces ouvertures, ces portes nous permettent de faire la jonction de ces différents passages : Grossesses désirées ou non - Célébration de la ménopause - Au revoir l’Enfance, bonjour l’Adolescence - Rupture d’une liaison amoureuse - Départ d’un lieu de vie - Nouveau commencement professionnel….

Un passage...

Le concept de rites de passage n'est pas nouveau. Dans la plupart des sociétés tribales, on considère que tous les enfants demandent à naître 2 fois, la première du ventre de leur mère et la seconde de façon symbolique : ils meurent à leur enfance et renaissent en tant qu'adultes responsables.
Ils évoquent nécessairement une idée de passage ou de barrage, d’ouverture ou de fermeture. D’au-delà ou d’en deçà. On peut franchir une étape ou rester devant une porte close. Elle est le lieu de passage entre deux états, entre deux mondes qu’ils soient concrets ou abstraits, entre le connu et l’inconnu, les ténèbres et la lumière…

Je vous emmène du Sénégal au Niger…


Maintenant que vos valises sont bouclées et votre carte de l’Afrique de l’ouest en poche, je vous invite, au travers des pigments de couleurs d’ocres chauds, à voyager au cœur du continent où vous pourrez laisser vagabonder votre imagination.

Peut-être rencontrerez-vous l’esprit de Mami Wata, Mère des Eaux, des Aziza ou encore des Nommos, génies du pays Dogon…

Laissez errer votre regard de toile en toile sur un fond de percussions et de kora africaine.

Bon voyage !

Pour toi

Pour toi...!
Je dédie cette expo peinture : « Pour toi.. maman » et à toutes les femmes de l’univers qui ont toujours su se battre, donner, respecter, tolérer…. 

Pour toi… 

Quelques nouvelles de Nejma…
Une femme comme une autre,
Déchirée entre deux pays, deux cultures, deux traditions.
Une femme entre deux guerres, deux espoirs.
Une femme enfant, une femme mariée, une femme maman,
Une femme combattante ! ! !


A travers ces portraits de femmes, toi et cette histoire, une histoire pas comme les autres car c’est la tienne et elle continue encore plus fort mais aujourd’hui tu es mieux armée car nos sœurs nous ont déjà ouvert les portes et pas sans mal..

Pour toi… une femme, une mère, une sœur… 
à qui je peux le raconter, sans honte, sans sécher mes larmes. Le fardeau est si lourd sur ses épaules ! . Sur le chemin, elle se souvient de l’année 1954 : 
Les femmes d’Algérie comme les femmes de tous les continents ont depuis le début des temps donné exemple de leur capacité de résistance et de leur courage. Je pense évidemment entre autres à la lutte d’indépendance déclenchée le 1er novembre 1954, jour de la Toussaint. Lutte dans laquelle elles prirent toute leur part, que ce soit dans les campagnes ou dans les villes. 
Elles furent relativement nombreuses, compte tenu des mœurs et de la réclusion que leur imposait la tradition, à «monter aux maquis », ou à servir, dans les villes notamment, d’agent de liaison, d’informatrice, de porteuse de valises. 
« Une femme, dit la tradition algérienne, ne devrait sortir que trois fois dans sa vie : du ventre de sa mère à sa naissance, de la maison de son père pour son mariage et celle de son mari pour son enterrement ».
D’ailleurs, elle se rappelle aussi de Zingha, le nom d’une célèbre reine angolaise du XVII ème siècle qui avait ébloui et terrifié les colonisateurs portugais, jusqu’à sa mort. Séduisante et intrépide, elle avait été chef de guerre pendant prés d’un demi-siècle, respectée de ses soldats et de ses ennemis.
C’est ainsi que, dès 1956, la femme portoricaine, haïtienne et la Mexicaine est utilisée comme cobaye pour l’expérimentation des premières pilules contraceptives. Au moment de l’expérimentation (pilule, vaccin hormonal ou dispositif intra-utérin), la patiente est à la merci des effets secondaires. Certaines femmes sont mortes au cours de ces expériences.
Zetkin Clara, femme politique allemande est opposée à la guerre. Elle milita en 1914, aux côté de son amie Rosa Luxzmbourg. Ses activités politiques lui valurent plusieurs séjours en prison. A l’occasion de son dernier discours, elle lança un appel de mobilisation contre le parti nazi. Après l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933, elle s’exila en Union soviétique où elle mourut.
Elle se souvient de tant de femmes, de tant de pays, de tant de continent, qu’il est tant pour elle de poser son lourd fardeau.
Ces femmes, nos sœurs, nos filles, combattent alors aux côté des hommes, ayant fait voler en éclat le tabou de la mixité ! 
Et aujourd’hui qu’en reste-t-il ? -Petite sœur lève toi, redresses toi… La vie est une lutte et tu en es la clef…

Nous sommes tous des exilés...!

Nous sommes tous des exilés...!
Toi - Moi !
Nous
Sommes des terres d'accueil....
Accueillant - Accueillir....


Ainsi dans la Genèse Adam et Eve sont chassés du Paradis terrestre
Ce qui fait résonner en nous si profondément les situations d'exil, c'est que nous sommes tous des exilés existentiels. 
L'exil est pour l'être humain une amère et dure invitation au sérieux.
Son expérience concentre en effet dans une décision ou un choix, dans un événement tragique ou une persécution, l'impossibilité du retour en arrière, et ceci non pas de manière diluée, mais subitement et dans une rupture : le renoncement à l'ancienne vie se fait de manière irréversible. Comme épreuve, l'exil représente la précarité, la vulnérabilité, la fondamentale inconsistance de tout ce qui semblait acquis ou permanent : une telle transformation creuse dans l'existence le vide problématique du non-sens, et renvoie à une sorte de place vide ou d'absence.

Exils...! 

Chagrin - nostalgie - éloigner - identité - expatrier - déraciner - amour – chagrin

« Etre français, ça se mérite… ! » - Texte écrit fin juillet 2010

« Etre français, ça se mérite… ! » - Texte écrit fin juillet 2010
Etre français, c’est avant tout le fruit du hasard. Je le suis, j’aurais pu tout aussi bien être suédoise, martienne... Mais qu’est que cela veut dire !
Petite Histoire de l’identité nationale La notion ou le concept fait son apparition en même temps qu’entre en jeu le concept d’Etat-nation. En France, on la retrouve donc sans surprise après la révolution de 1789 pour cimenter le nouveau régime. Plus tard, la guerre de 1870 est un tournant et cela non seulement en France mais aussi en Europe car c’est à cette époque que va s’imposer l’Etat-nation tel que nous l’appréhendons aujourd’hui.
L’identité nationale est un mythe !
En novembre 2009, le gouvernement français a lancé un « grand débat sur l’identité nationale ». Les média ont relayé les réactions indignées de la gauche, nombreux sont ceux qui s’insurgent de la manœuvre. Et pourtant, le concept n’est pas nouveau, et il est loin d’avoir toujours été l’apanage de l’extrême droite. Pourquoi le terme refait-il surface ces dernières années  Et qu’ont à dire les anarchistes sur cette notion « d’identité nationale » 
Définition de la xénophobie
Etymologie  du grec xenos, étranger et phobos, peur, effroi.
Au sens littéral, la xénophobie est la peur irraisonnée, maladive de ce qui est étranger.
Dans le sens courant, le terme xénophobie est plutôt utilisé pour caractériser un sentiment envers d'autres êtres humains. 
La xénophobie désigne les sentiments systématiques de crainte, d'hostilité, voire de haine envers les étrangers, c'est-à-dire de ceux qui n'ont pas la même nationalité que soi ou qui n'appartiennent pas au même groupe (culture, religion, langue...). L'étranger est perçu comme une menace pour l'équilibre de vie et, donc comme un ennemi, ce qui entraîne des réactions de peur ou d'hostilité, ou les deux. Dans les formes extrêmes, la xénophobie peut dégénérer en haine ou en violence.
Les sentiments xénophobes se développent souvent dans les périodes de crise économique dont l'étranger devient le bouc émissaire ou lorsque deux cultures différentes doivent cohabiter.
Lorsque la xénophobie s'applique à des individus en raison de leur appartenance à une autre ethnie, on emploie abusivement le terme de racisme alors qu'il s'agit plutôt d'ethnophobie. La xénophobie trouve son origine dans une différence ou une confrontation, tandis que le racisme contient l'idée de supériorité d'un groupe par rapport à un autre, sur des critères d'apparence physique.Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants... Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.
Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires. Ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.
La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».
Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.
Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.

Bien à vous

Please reload

© Anissa Berkani - Conditions générales

  • LinkedIn Social Icône
  • Icône sociale YouTube
  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page